Partagez|
Il y a de ces matins... [Bloeme]
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Il y a de ces matins... [Bloeme] Sam 6 Fév - 21:23
.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 44
Tickets : 0
Date d'inscription : 29/12/2015
avatar

Dossier Personnel
Age: 18 ans
Emploi: Fille à mariée
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y a de ces matins... [Bloeme] Dim 7 Fév - 1:12
La soirée s’était mal terminée. J’aurais dû me douter qu’Annalyne ne se serait pas arrêté à une si faible épreuve. Du moins, en parlant de faibles épreuves, j’essayais de me mettre du point de vu de la vicieuse blonde. Toujours est-il qu’elle m’avait bien pris à la gorge après le refus catégorique que je lui avais opposé, mais devant mon obstination, elle avait cédé, du moins pour le moment. Je redoutais quelque peu sa vengeance. Comédienne et menteuse et mérite, elle était redoutable lorsqu’il fallait salir la réputation de quelqu’un. La mienne était encore intact et toute petite salissure allait ressortir plus disgracieuse qu’elle ne l’était réellement.

Mais peut-être cela serait-il un mal pour un bien. Si elle commençait à me discréditer, peut-être avais-je une chance d’échapper au mariage.

Pourtant, ce matin, malgré ma nuit bien plus courte qu’a l’habitude, j’avais dû faire parfaitement illusion. Heleentje était venue, comme l’abominable cerbère qu’elle était, me réveiller avec une ponctualité à rendre jalouse une horloge parfaitement réglée. Surement rêvait-elle de trouver un homme dans mon lit, malgré le fait qu’elle sache très bien que cette probabilité soit plus que minime. L’espoir faisait vivre, si je pouvais au moins lui laisser cela pour supporter sa pathétique existence, ce n’était pas le plus grand des sacrifices.

J’avais tout de même utilisé un peu de cosmétique pour masquer les discrètes marques de mon léger manque de sommeil. Il y avait une différence entre consentir à ne rien dire lorsque j’essayais une pique plus ou moins injuste et tendre le bâton pour me faire battre en laissant à ma si douce aînée l’opportunité de me poser des questions possiblement gênantes.

Hyrane était en train de m’aider à finir d’enfiler ma robe pour la journée lorsqu’une domestique frappa à la porte m’indiquant que j’étais attendue dans le petit salon. Père et mère n’étant pas là, aucune visite n’étaient attendues et surtout pas une visite requérant expressément ma présence.
Qui cela pouvait-il bien être ?

Je me laissais docilement guider, de toute façon, je n’avais guère le choix, je ne pouvais renvoyer personne, je n’en avais nullement le pouvoir. Pourtant, Dieu savait que je n’avais envie de voir personne ce matin ! L’employée de maison me suivait comme mon ombre, cela m’indiquait au moins que l’invité était quelqu’un d’important qu’il ne fallait guère faire attendre. Maigre information, mais tout de même bonne à prendre.

Pitié pas ça … Madame Van Essen mère, se trouvait là, à échanger d’obscure banalité avec Heleentje. Vraiment, déjà que fréquenter une quelconque personne n’était pas pour me réjouir, mais avoir à faire à la matriarche des Van Essen était encore plus déplaisant.
Que pouvait-elle bien me vouloir ?

La facilité avec laquelle cette femme avait fait obéir ma sœur aurait fait pâlir de jalousie beaucoup de mère dans le quartier, y compris la mienne. Il n’en menait plus si large le vilain cerbère face à quelqu’un sur qui elle n’avait aucune emprise. Je m’assis, prenant la deuxième tasse de thé qui se trouvait sur la table basse, mais surtout écoutant avec attention ce qu’elle essayait de me dire. J’aurais pu m’étouffer avec mon infusion si j’avais été en train de boire lorsqu’elle évoqua Van Den Maesrn. Heureusement qu’elle ne m’avait vu hier soir, surement en aurait-elle fait un malaise. A bien la regarder, peut-être pas le malaise, plus le regard inquisiteur et réprobateur, celui qui vous glace le sang rien qu’à l’imaginer.

Pas mon ennemie, cela restait à prouver, et ce, malgré que j’admettais plutôt volontiers ne lui trouver aucune raison de vouloir briser l’union qu’elle avait elle-même planifiée.

Je réfléchis un instant, un long instant. Ce n’était pas une bécasse de mon cercle que j’avais en face de moi, mais ma future belle-mère, aussi désagréable soit cette réalité. Je ne pouvais me permettre des mots trop osés, ou trop maladroits, du moins devrais-je en utiliser le moins possible.

« Je vous remercie sincèrement de l’intérêt que vous me portez Madame Van Essen, j’en suis touchée… »

En réalité, j’aurais surement préférer me faire écorcher vive, mais je n’étais plus à une hypocrisie près. Heureusement que les années à voir tout le monde se mentir dans cette maison m’avaient laissé quelques astuces.

« Je ne sais pas si j’oserais… »


Un petit sourire timide pour être plus convaincante. Puis une moue légèrement triste pour faire penser que cela me touchait réellement.

« J’ai peur de ne pas réussir à tenir le rôle que vous me demandez. D’ailleurs, je ne sais clairement ce qu’il est. Avec la notoriété plutôt houleuse de votre fils, j’imagine que ma réputation devrait servir à dissimuler, adoucir un peu la sienne. Mais n’est-ce que cela ? »

Au moins, ainsi, je serais fixé sur la tâche qui m’attendait, si je ne venais pas à trouver comment empêcher cette satanée et désastreuse union. J’avais cependant peur que la Dame ne me croie pas assez en confiance, je décidais donc de rajouter une note plus personnelle à mes dires.

« … J’ai l’impression qu’Adriaan m’a d’ores-et-déjà cataloguée comme gamine fade, capricieuse et insignifiante. Tout ce que je pourrais lui dire ne sera, il me semble, que mal interpréter à cause de ce prisme. »

Cela j’avais déjà pu en faire l’expérience la soirée passée et nous ne pouvions, ni lui, ni moi, décemment dire qu’elle avait été concluante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Il y a de ces matins... [Bloeme] Dim 7 Fév - 7:40
.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 44
Tickets : 0
Date d'inscription : 29/12/2015
avatar

Dossier Personnel
Age: 18 ans
Emploi: Fille à mariée
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Il y a de ces matins... [Bloeme] Dim 7 Fév - 15:04
Elle avait lu en moi comme dans un libre ouvert, qui plus ai un livre imprimé en gros caractères. Je me sentais désarçonner par tant de perspicacité. Beaucoup ne voulaient voir en moi que ce qui les intéressait. Son fils en était un parfait exemple.

Le bouton de rose était une bien belle image, mais cette fleur était trop belle, trop chatoyante pour me correspondre, surement une vulgaire et inintéressante pâquerette aurait-elle était plus juste.

Cette sensation d’être mise à nue, sans défense était quelque peu désagréable. Si son intérêt particulier envers moi n’était que motivé par un peu de gentillesse et de compassion, je me sentais affreusement mal de chercher à ruiner ses plans. Certes, pour le moment, mes tentatives, n’étaient ni réellement réfléchies, ni réellement appliquées, pourtant, y penser, envisager, restait un pas non-négligeable dans la mise en pratique d’une idée.

Sans compter que présenter ainsi, la Dame n’avait que raison, nous avions, en effet, des points communs avec sa détestable progéniture.

« Ce serait bien hypocrite et mesquin de soutenir que vous avez tort … Mais j’ai peur de ne pouvoir vous donnez satisfaction sur le fait d’être moi-même, pour la simple raison que j’ignore ce que c’est, simplement. Je n’ai pas été moi-même depuis que j’ai, je ne sais pas … cinq ans peut-être ? Depuis que mon éducation a réellement débuté. Comme il se doit j’ai toujours dû être ce que mes parents attendaient de moi. Il semble que cela ait étouffé tous traits de caractères quelque peu prononcés. »

Cela n’était surement que de ma faute, je n’avais pas réussi à faire preuve d’autan de caractère qu’Heleentje. Je m’étais laissé faire pour éviter les ennuis et les punitions. En quelque sorte, j’avais consenti à cela. D’un coup il semblait assez illusoire de s’en plaindre.

« Votre fils n’aurait-il pas besoin de quelqu’un de plus affirmer ? Quelqu’un pour lui tenir tête quand il irait trop loin ? Quelqu’un qui aurait le cran de le raisonner ? »

Car il était clair que je n’en étais nullement capable.

Attendant de voir ce qu’elle pourrait bien répondre à cela, je bus un peu de thé pour me redonner un peu de contenance. Pour dire vrai, je ne m’attendais guère à de la compassion, ou quelque émotion positive, plutôt à de l’incompréhension, voir peut-être un peu d’indignation devant tant de résignation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il y a de ces matins... [Bloeme]
Revenir en haut Aller en bas
Il y a de ces matins... [Bloeme]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 8.4km foulées des matins verts à tonneins
» 8km Foulées des matins verts
» 8km des matins verts (en fait 8.2)
» [Foulées des Matins Verts 2007] Yoyo
» Les foulées des matins verts- Tonneins(47) 03-06-12 8km400

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Indus Nesos :: Hors du Monde :: Local des Archives :: Lettres sans réponse-